Samedi 5 décembre, les Jeunes Socialistes de l’Isère se sont réunis autour d’un petit-déjeuner militant, un moment convivial participatif qui brise les codes des réunions traditionnelles. Chaque participant apporte quelque chose à manger ou à boire, et nous échangeons librement à propos de l’actualité ou d’un thème particulier.

Au programme cette fois-ci : la COP 21. Cette 21ème Conférence des Parties lancée lundi 30 novembre rassemble 195 pays, et mobilise autour d’elle de nombreux acteurs de la société civile. Après l’échec cuisant de la conférence de Copenhague en 2009, cette année l’enjeu est énorme : le protocole de Kyoto de 1997 arrive à échéance, et il s’agit d’en dresser le bilan et d’ouvrir des perspectives pour l’avenir de notre planète.

Malgré un contexte tendu du fait des récents événements, les plus gros pollueurs semblent s’engager dans une démarche positive en faveur du climat, qui a permis d’aboutir samedi à un premier texte qui servira de base aux négociations de la deuxième semaine qui s’est ouverte lundi 7 décembre.

Les Jeunes Socialistes regrettent cependant que la dimension sociale du problème soit occultée. En effet, les premiers à subir les conséquences du dérèglement climatique sont les populations les plus défavorisées, et ce à toutes les échelles. Nous demandons d’ailleurs le statut de réfugié climatique pour les personnes déplacées du fait de la dégradation de leur zone d’habitation. La solidarité doit être développée au niveau international comme au niveau local, car c’est aujourd’hui l’avenir de tous qui est en jeu. Les populations les plus précaires ne doivent pas pâtir des mesures prise pour baisser les dépenses énergétiques, comme c’est le cas aujourd’hui dans les quartiers Sud de Grenoble où il a été décidé de ne plus éclairer les rues la nuit.

Il est essentiel aujourd’hui de renforcer l’effort d’information et de sensibilisation de la population française. Les Jeunes Socialistes s’inquiètent de la propagation de théories climato-sceptiques, notamment via internet, et estiment que l’Etat et les collectivités locales ont un rôle à jouer pour encourager les comportements écoresponsables des citoyens mais également des entreprises. Nous faisons le constat de l’échec de la politique européenne de régulation des émissions de CO2 par le marché, et estimons que l’Etat doit désormais intervenir sur le plan législatif. Par ailleurs, il faut encourager au sein des ménages l’adoption de réflexes écoresponsables tels que le tri sélectif ou la consommation de produits locaux, au besoin par des mesures financières. Pour parvenir à ancrer ces pratiques, l’école doit éduquer les enfants dès le plus jeune âge aux problématiques environnementales.

Nous devons repenser nos modes de production et de consommation. D’un bout à l’autre de la chaine de production agro-alimentaire, le gaspillage et les dépenses inutiles sont présents. A l’échelle européenne il semble urgent de réorienter la PAC (Politique Agricole Commune) vers un soutien actif des exploitations engagée dans la protection de l’environnement. L’Etat doit soutenir les modes de production respectueux de l’environnement et la consommation de produits locaux et de saison. Aujourd’hui, ce type de produit a un coût qui crée des inégalités au sein de la population, ce qui est une anomalie contre laquelle l’Etat se doit d’intervenir, pour garantir à tous les citoyens l’accès à des produits de qualité et la possibilité de s’engager dans une démarche écoresponsable par leur consommation quotidienne. Il en va de même pour le secteur énergétique. Développer les énergies renouvelables, réduire notre consommation sont deux facettes d’un même défi : la préservation de l’environnement, dans l’intérêt général.

Clara

Pour aller plus loin :

Les vidéos de Datagueule sur Youtube, dont plusieurs sur le thème du climat

https://www.youtube.com/user/datagueule/videos

Le film Demain, en salles depuis le 2 décembre 2015: fiche allociné.

Le film Solutions locales pour un désordre global : fiche allociné.

La chanson Plus rien des Cowboys Fringants

La conférence Une vérité qui dérange d’AL Gore

La conférence Faim de pétrole par Anthony Brault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *