Une ville garante de la mobilité : un service public du transport accessible à tous

Vers une gratuité des transports en commun dans le bassin grenoblois

Aujourd’hui, le réseau TAG est financé à seulement 16% par la vente des titres de transports (47% proviennent du financement transport par les entreprises de l’agglomération de plus de 9 salariés, et 37% sont issus des dotations de la Métro et du Conseil Général).

Une tarification solidaire a déjà été mise en place sur le réseau ; cependant, les prix restent difficilement abordables pour une partie de la population. Un étudiant boursier au premier échelon par exemple dispose d’une aide financière du CNOUS-CROUS de 1650 euros par an. Or, le tarif de l’abonnement TAG à l’année s’élève, pour un étudiant, à 216,80 euros soit 13% de sa bourse.

Une nouvelle étape pourrait être franchie dans la réduction du prix des transports en commun afin de favoriser la mobilité verte, de lutter contre l’isolement géographique dans certains secteurs de l’agglomération, et d’aider à surmonter les difficultés financières des classes moyennes et défavorisées.

La réduction des tarifs du réseau TAG s’intègrerait dans une politique d’aménagement du territoire moderne et écologique, déjà lancée. La création de péages urbains afin de désengorger la circulation en ville et d’améliorer la qualité de l’air pourrait être un moyen de financer ce projet.

La réduction générale des prix pour les usagers des transports en commun doit s’accompagner dans les villes d’Isère  d’une amélioration du cadencement et d’une plus grande régularité des bus dans toutes les intercommunalités.

 

Des transports en commun adaptés à la vie nocturne

Le divertissement de nuit est un signe de dynamisme pour une ville, en particulier pour les jeunes. Il doit être davantage pris en compte. Une meilleure adéquation des horaires des transports avec les réalités de la vie nocturne doit être développée en allongeant les heures de fonctionnement de nuit.

Par ce fonctionnement nocturne (toutes les heures par exemple) les déambulations dans les rues et les conséquences engendrées en seraient réduites

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *