Le mercredi 5 juin 2013 Clément Méric, militant antifasciste âgé de 18 ans a été battu à mort par des membres de l’extrême droite radicale à la sortie d’un magasin de vêtements à Paris.

Cet acte odieux intervient dans un climat nauséeux qui s’est développé ces derniers mois autour du mariage pour tous. Au fil des débats et des cortèges les dérapages se sont multipliés libérant un discours d’intolérance et de haine. Au sein de la manif pour tous, les groupuscules d’extrême droite ont retrouvé un espace d’expression se traduisant notamment par de violents incidents en fin de manifestations.

Cette poussée de l’extrême droite se constate dans de nombreuses villes où les agressions racistes, homophobes ou politiques par des membres de l’extrême droite se sont multipliés depuis plusieurs mois. A Lyon le collectif de vigilance 69 dénonce régulièrement les agressions de l’extrême droite et dresse le bilan de ces 3 dernières années de violence : « 39 agressions, 2 tentatives de meurtre, 500 jours d’ITT, des bars et restaurants vandalisés … » Grenoble n’est pas en reste, en novembre dernier, 6 militants ont été agressés par des individus liés à l’extrême droite à cause de leur appartenance politique.

La radicalisation de ces groupuscules pendant le débat sur le mariage pour tous a révélé aux yeux de tous ce dont étaient capables ces individus. De nombreuses voix se sont alors élevées pour demander la dissolution de certains groupes. Aujourd’hui la question n’est plus à se poser, il est temps d’agir pour dissoudre tous les groupuscules violents et non seulement les JNR ou troisième voix.

Mehdi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *