Ce samedi 4 mai au matin, ce sont des cars de toute la France qui arrivent sur ce magnifique camp de Soustons entre lac et forêt pour y conduire des centaines de jeunes socialistes. A peine arrivés, nous nous retrouvons sous un chapiteau où toutes les personnes qui ont permis que cet événement se réalise prennent la parole pour un mot d’accueil.
Nous accueillons ensuite Alain Vidalies et Benoît Hamon pour une première table ronde sur les milliers d’emplois que peuvent créer la transition énergétique. Après une petite introduction sur l’absence de programme alternative de la droite (hormis les 39 heures payés 35) et sur la volonté d’un changement de cap en Europe, les deux ministres répondent aux questions des militants sur le chômage où les ministres rappellent la mise en place des emplois d’avenir, la formation professionnelle ou encore la reprise des sites rentables par les salariés; sur la transition énergétique qui fait partie des priorités de la BPI; sur la réforme bancaire insuffisante; sur la mention spéciale pour les DOM dans les emplois d’avenir ou encore sur une forme de protectionnisme en Europe pour protéger notre industrie mais où il n’y a pas d’accord au niveau européen pour le moment.
Après un repas partagé entre camarades et avec les ministres ainsi que le Premier Secrétaire Harlem Désir, nous avons repris la route du chapiteau pour une deuxième table ronde sur La République qui lutte contre toutes les discriminations avec François Lamy, Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira. De l’égalité salariale (pénalisation des entreprises) à l’ACI (Attestation de Contrôle d’Identité) à laquelle François Lamy s’est redit favorable à une expérimentation en passant par la mise en place des ZSP (Zones de Sécurité Prioritaires), la condamnation des dérives homophobes de ces derniers jours qui passe aussi par une éducation à la sexualité dès le plus jeune âge et le combat pour la dépénalisation de l’homosexualité dans le monde mais aussi les violences faîtes aux femmes avec le développement du volet protection, écoute et suivi judiciaire; la réquisition des logements vides, mais aussi la politique d’immigration jugée trop peu différente de celle de Nicolas Sarkozy par certains d’entre nous et enfin la bataille contre l’extrême-droite qui dot être politique et non judiciaire selon les ministres donc pas de dissolution des groupes fascistes.
Après une démonstration de hip-hop par le groupe Move and art, nous sommes passés à la troisième table ronde sur la promesse de campagne de faire que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012 en présence de Valérie Fourneyron. La ministre a rappelé sa volonté de ne pas créer seulement des mesures spécifiques pour les jeunes mais aussi avant tout de les faire entrer dans le droit commun avec notamment la mise en place d’un parcours d’autonomie. Nous avons parlé avec elle du non-cumul exigé dès 2014 par les Jeunes Socialistes mais aussi de l’allocation d’autonomie prônée par le MJS, la ministre a rappelé que l’engagement de François Hollande était une allocation d’étude sous conditions de ressources et qu’elle serait mise en place durant le quinquennat.
Suite à cette journée de débat, nous avons poursuivi avec un moment sportif.

Le dimanche matin, Henri Emmanuelli a rappelé l’importance de l’unité de la Gauche et qu’aucune ne gagnait à provoquer la division. Thierry Marchal-Beck a rappelé le soutien du MJS a ce qui a été fait par le gouvernement depuis le 6 mai tout en poussant ce gouvernement à engager le non-cumul des mandats dès 2014, à mettre en place l’ACI, une allocation d’autonomie pour tous(tes) les étudiants(es), à augmenter le SMIC à 1500 euros, à régulariser les sans-papiers et à amorcer la réduction du temps de travail, grande conquête historique de la Gauche. Harlem Désir a ensuite conclu ce week-end en appelant les Jeunes Socialistes à continuer de soutenir en poussant et en rappelant tout ce qui avait été fait par ce gouvernement de la hausse de l’allocation de rentrée scolaire, à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé tôt, en passant par le retrait de la circulaire Guéant, le mariage et l’adoption pour tous ou encore la réforme de l’Education Nationale.

C’est donc empreint d’optimisme et de motivation pour continuer à nous battre pour nos idées et nos convictions que nous sommes repartis dans nos fédérations. Et comme la rappelait Christiane Taubira notre génération a un idéal qui nous mobilise et c’est pour cela que nous nous battons.

.

.

Pauline C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *