Le 3 mars 2012, à cinquante jours du 1er tour des élections présidentielles, le candidat François Hollande a tenu un meeting à l’occasion du trentième anniversaire des lois de décentralisation de 1982 au Zénith de Dijon. Ce discours était principalement destiné aux élus.

C’est après les interventions de Jean-Pierre Bel, président socialiste du Sénat (majoritairement à gauche depuis septembre 2011) et de François Rebsamen, maire de la ville de Dijon, que François Hollande est arrivé au milieu d’une « haie d’honneur » formée par des camarades jeunes socialistes venus de toute la France (Rhône, Isère, Côte-d’Or…) pour participer à ce grand rassemblement.

Dans son discours, François Hollande évoque la maltraitance des territoires français par les gouvernements de droite des dix dernières années en précisant que « depuis cinq ans, l’autonomie fiscale  des collectivités locales a été réduite » et que « les services publics y ont été affaiblis ». Après cinq ans sous le règne de « l’omniprésidence », François Hollande est revenu sur quelques points de son programme, notamment sur « la fin du cumul d’un mandat parlementaire avec une fonction d’exécutif local » et son souhait de modifier le statut du chef de l’Etat en déclarant « Le premier devoir du prochain président sera de rendre des comptes » et « sa rémunération devra être diminuée » (elle avait été augmentée en 2007, peu de temps après l’élection de Nicolas Sarkozy).

En ce qui concerne les territoires et la culture, François Hollande propose un « nouvel acte de décentralisation » à savoir une réforme structurelle sur les territoires de la république qui définira les bases d’un « pacte de confiance et de solidarité entre l’Etat et les territoires de métropole comme d’Outre-mer » qui sera mis sous la surveillance d’un haut conseil des territoires, tout ça réuni pour former une France indépendante des puissances de l’argent, transparente, laïque et paritaire.

Ce fut un discours enthousiaste qui ne pouvait que multiplier la volonté et la motivation des jeunes socialistes de l’Isère et d’ailleurs.

 

Sophie MC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *